Une fois n'est pas coutume dans mes " bouteilles a la mer ", voici quelques " chagrinneries " et autres " bricolettes " qui nous ont legerement gene aux entournures.
Attention loin, tres loin, tres tres loin de nous la volonte de vouloir repandre l'idee que nous regrettons ce voyage dans l'etourdissante et captivante cite, que franchement nous avons adore.
Non au grand non et au cube de non.
Mais soyons francs : Cette ville qui a depasse depuis belle lurette l'echelle humaine peut irriter, voir franchement incommoder par moments.

Et ce, principalement pour 4 raisons :

1. Beaucoup disent qu'elle est loin derriere si on compare son nombre de lieux de visites possibles et edifices anciens par rapport a Pekin.
C'est vrai.

Hyper centre de Pekin :

Beijing_Lunar_New_Year_2009_172

Hyper centre de Shanghai :

Shanghai_and_Hangzhou_Feb


2. Le contraste edifiant et parfois choquant entre la ville futuriste verticale, ses buildings science- fictionnesques, ses hotels et restaus de luxe aux prix inabordables pour un shanghaien moyen (bars a vin, effigies de stars, ambiances ultra chic ou techno branchee) et...
a quelques pas, des rues entieres de baraquements insalubres, faites de materiaux de recuperation ou les gens vivent sans electricite, tout a l'egout, chauffage ou eau courrante dans les habitations.
Beaucoup de migrants compose cette population dont la precarite est le lot quotidien.
Ces familles entieres ou personnes seules, issus de provinces rurales ou ils ne mangeaient plus a leur faim, debarquent dans les grandes villes chinoises avec le reve d'une vie meilleure.
La plupart continue a croupir dans une misere effroyable, avec le systeme D comme leitmotiv pour tout.
Leurs regards d'adultes comme d'enfants sont parfois vides et resignes.
Ils ne se sont pas enrichis et en prime, ont perdu l'entraide et la solidarite des voisins ou amis du village natal.
Le modernisme des constructions etant plus important qu'a pekin, ce fosse y est aussi plus cruellement visible.
La misere la plus noire y voisine avec les gold card et les signes d'opulence.

Shanghai_and_Hangzhou_Feb

La baraque typique du migrant :

Shanghai_and_Hangzhou_Feb

Sa cuisine communautaire :

Shanghai_and_Hangzhou_Feb


3. D'autres disent que l'accueil reserv
e au touriste peut sembler  " galactique " par rapport au " traitement pekinois "ou d'ailleurs en Chine.
Nous confirmons aussi.
Cette ville longtemps jugee denaturee et trop orientee vers les affres du capitalisme le plus honteux par les autorites chinoises, a conserve une certaine arrogance, celle du pouvoir de l'argent qui y transite et de son statut de ville la plus developpee de l'Empire du Milieu.

4. Les bains de foule obligatoires, le bruit permanent et la queue a faire pour tout : que ce soit pour l'achat de 3 raviolis shanghaiens dans la rue comme pour un ticket de metro.
Encore vrai ! Shanghai, c'est les travaux pratiques de l'etudant es-patience.

Queue pour le bus a partir de 17 h sur la Place du Peuple : et oui ca continue bien apres l'arbre.
Et dire que Shanghai etait sense s'etre vide pendant les vacances !


Shanghai_and_Hangzhou_Feb


Voila maintenant que le bureau des pleurs est ferme je vous rassure :
ces points precis qui reffletent aussi la realite de Shanghai, n'ont pas entache le plaisir de la decouverte que ce voyage nous a apporte.